Protection du public

Légalité de la pratique et loi 21Les TRA, Thérapeutes en relation d’aideMD peuvent pratiquer en toute légalité. Au Québec, la Loi modifiant le Code des professions et d’autres dispositions législatives dans le domaine de la santé mentale et des relations humaines a été adoptée en juin 2012. Elle redéfinit les champs d’exercice de plusieurs des professions de la santé mentale et des relations humaines.Au nombre des changements importants apportés par la loi, il faut compter l’encadrement de la psychothérapie dont la pratique est dorénavant réservée aux psychologues, médecins et aux détenteurs du permis de psychothérapeute délivré par l’Ordre des psychologues.Certaines interventions non réservés (que l’on retrouve dans le règlement sur le permis de psychothérapeute du code des professions du Québec) décrivent la relation d’aide par l’ANDCMD , telle qu’enseigné au CRAM et pratiquée par les TRA, Thérapeutes en relation d’aideMD.La CITRAC accueille favorablement la mise en vigueur de la loi 28 (Projet de loi 21) qui distingue bien les champs de pratique de chacun et donne aux TRA,Thérapeutes en relation d’aideMD une place de choix, celle qui leur ressemble vraiment. Les diplômés du CRAM peuvent pratiquer en toute légalité en respectant le cadre de leur pratique. Le CRAM a le souci de former des thérapeutes qui pratiquent en conformité avec la loi. Ils doivent accéder à une association professionnelle, la CITRAC pour le Québec et AETRA pour l’Europe, et ainsi porter le titre réservé de «TRA, Thérapeute en Relation d’AideMD». Cette adhésion leur permet de recevoir le ressourcement nécessaire pour être à la fine pointe de l’ANDCMD et en constante conformité avec la loi. Ils bénéficient d’un encadrement professionnel et sont régis par un Code d’éthique et de déontologie qui assure la protection du public. La CITRAC et l’AETRA voient aussi à défendre et promouvoir les intérêts de leurs membres.
Site Menu